manggao-masque

Le masque Manggao, un artisanat Miao original.

Cet article est issue d’une publication chinoise trouvée sur Internet et imparfaitement traduite en français. Le fait d’avoir conserver ces imperfections nous permet d’avoir un certain recul. Plusieurs éléments sont significatifs et reviennent dans la plupart des articles de ce type : le premier est la reconnaissance internationnale par le classement au patrimoine immatériel en 2016 le glorifier, le deuxième à l’inverse descend au niveau de l’humble artisan méritant et le troisième parle de l’avenir assuré par le tourisme et les ventes.

Le fait que l’artisan ait brisé une tradition du nom de famille et ouvert à d’autres l’apprentissage apparaît comme une compromission logique pour la survie de cet art.

La tradition doit s’adapter pour survivre, la religion et la croyance sont partout, la religiosité aussi. Les ” dieux masqués” procurent désormais chance , protection et touristes !

Article issus du site ChinaMinzu : Le masque Manggao, qui signifie « Dieu masqué » dans la culture Miao, est de plus en plus apprécié par les touristes qui affluent dans sa ville natale. Manggao est un dieu dans la culture de l’ethnie des Miao qui chasse les esprits maléfiques et apporte de la chance. A chaque Fête du printemps, de nombreux villages miao organisent un festival de Manggao, qui met en vedette les acteurs prenant l’apparence du dieu pour prier le bonheur des habitants locaux. L’événement ayant été classé patrimoine culturel immatériel en 2016.

Il est dit que les ancêtres des Miao sculptaient les masques à partir d’arbres anciens afin de virer le mal et apporter de la bonne fortune. Ils portaient des masques et des manteaux d’herbes, généralement cueillis dans les montagnes, pour faire peur aux étrangers et aux forces ennemis.

Cette coutume est encore pratiqué dans une ville Miao aujourd’hui. Tous les ans, au 17ème jour du premier mois de la nouvelle année lunaire, les Miao célèbrent le festival de Manggao dans le canton d’Anchui, comté autonome Rongshui Miao dans le Région autonome du Guangxi Zhuang, qui est le berceau de leur culture.

Les Miao espèrent que les masques font leurs apporter de la chance et de la bonne fortune au cours de l’année à venir. Des centaines de villageois se rassemblent pour célébrer et danser. Certains maculent aussi de la cendre noire sur leurs visages car cela représente la chance.

Liang Jianxiong, un habitant du canton d’Anchui fabrique des masques Manggao depuis maintenant plus de 40 ans. Il a commencé son apprentissage à l’âge de 12 ans auprès de son père qui lui a appris toutes les techniques.

Un masque Manggao nécessite un bois souple et clair. Sa fabrication prend habituellement 1 à 2 jours, y compris la sculpture du bois, la peinture et le polissage du masque. Liang dit que chaque masque est unique et possède un trait propre à lui-même. Il conçoit ses masques en utilisant son imagination et en s’inspirant de son environnement et son quotidien.

L’héritage culturel de l’artisanat des masques Manggao était en danger après l’exode rural mais suite au boom touristique la région rencontre ses dernières années, les masques ont attirés beaucoup de touristes. Ce boom tourisme a apporté un renouveau à cet artisanat.

Dans le passé, les artisans Manggao enseignaient leur art qu’à ceux qui portaient leur nom de famille mais Liang a brisé cet tradition et enseigne à présent à tous ceux qui veulent apprendre.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :