Joseph Rock

Joseph Rock (translittération en chinois, 约瑟夫,洛克著), de son nom complet Joseph Francis Charles Rock, est un botaniste, un linguiste, un explorateur et un géographe américain d’origine autrichienne, né le 13janvier1884 à Vienne et mort le 5décembre1962 à Honolulu.

Durant la période allant de 1922 à 1949, il se consacre à l’étude de la flore mais aussi des populations et des langues du sud-ouest de la Chine, principalement dans le Yunnan, le Sichuan, le sud-ouest du Gansu et l’est du Tibet. La plupart des plantes qu’il a récoltées se trouve dans l’herbier Arnold de l’université d’Harvard.

Pendant les rébellions goloks (1917-1949) Rock fut témoin de combats répétés de l’armée musulmane chinoise de la Clique de Ma contre les Tibétains golok dans le comté de Xiahe et le monastère de Labrang.

Emmanuelle Laurent, chercheuse à l’INALCO Paris à publié l’article : « Autour de la préservation de la culture Naxi de Lijian ».

Il a travaillé sur la culture Naxi, a rédigé le premier dictionnaire naxi-anglais existant (A Na-Khi-English encyclopedic dictionary), contribuant énormément à la valorisation de cette culture, et publié un ouvrage en deux volumes sur l’ancien royaume naxi (The ancient Na-khi Kingdom of southwest China).

A l’époque, il avait le sentiment que les cérémonies et la religion dongba des Naxi étaient vouées à disparaître, avec l’aide de quelques dongba, il s’était donc attaqué à la traduction en anglais de manuscrits dongba. Il avait rédigé ces deux dictionnaires de l’écriture dongba et plusieurs ouvrages et articles sur la société naxi.

Avec ses recherches, ses observations et publications, Joseph Rock a laissé un témoignage unique sur la société naxi et la religion dongba du début du 20° siècles et a joué un rôle pionnier dans la préservationde la culture naxi.

Le patrimoine culturel immatériel est officiellement répertorié et protégé en Chine depuis lamise en application en 2006 de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel(UNESCO). Entre 2003 et 2006, l:es listes des biens du patrimoine culturel immatériel ont été créées aux niveauxlocal (préfectures), national (Chine) et international (UNESCO).

Entre 2004 et 2006, quatre listes ont été éditées à l’échelle de la Chine, elles promeuvent quatre biens culturels naxi : la peinture dongba, les technique de fabrication du papier, la musique traditionnelle de Baisha et le mythe guerrier naxi de la  » Guerre des Noirs et des Blancs ».

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :