Geht’s In. Atelier de costumes traditionnel Alsacien en France.

Le groupe ethnique Alsacien ! C’est très bien de parler des 56 groupes ethniques de la Chine mais si nous pouvons aussi partez aussi un regard sur des contrées encore plus exotiques et étranges.

Je reprends l’article de Wikipedia. Cette construction en miroir par rapport avec les articles sur les groupes chinois montre combien nous sommes tous des étrangers pour les autres. Et c’est de cette différence que naît aussi notre profonde unité.

Les Alsaciens sont les habitants de l’Alsace et, sur le plan migratoire, un peuple originaire de cette région historique et culturelle située dans le Nord-Est de la France, au sein du Grand Est. Ils sont une part du peuple français, depuis l’acquisition progressive du territoire alsacien par la France.

La dernière estimation de population de l’Alsace administrative est de 1 861 020 habitants en 2013, il faut tenir compte du fait que ce chiffre inclut les Alsaciens autochtones et les « alsaciens d’adoption ». Le nombre factuel d’Alsaciens autochtones, en Alsace et dans la France entière, est difficile à estimer, car le gouvernement français ne fait pas ce type de statistiques. Hors Alsace, ils sont estimés en 2016 à un total de 80 000 individus dans le monde.

Sur le plan linguistique, les Alsaciens se divisent traditionnellement en deux groupes principaux : les germanophones, parlant l’alsacien (majoritaires) et les romanophones, parlant le welche et le franc-comtois (minoritaires). Sur le plan religieux, ils sont principalement catholiques et protestants, la population alsacienne inclut également une communauté juive.

Costume alsacien protestant du nord de l’Alsace

Les belles alsaciennes en costumes traditionnels font désormais parti du passée. Les danses traditionnelles font la joie de nombreux touristes, des parisiens et de plus en plus de touristes chinois. La ville de Colmar est devenue très célèbre en Chine, et à la manière de notre regard ethnocentrique, les chinois considèrent que l’Alsace est une terre de traditions fortes, colorée et pleine de délicieux folklores… ( dont de jolies jeunes filles en costumes traditionnels … )

Touriste chinois à Colmar

Le costume traditionnel alsacien se ré-invente , comme le costume mongol, comme le costume chinois Han et nous l’espérons d’autres bientôt.

Gehts’ In en est un des meilleurs exemples

Pourquoi ré-inventer le costume ? L’article ci-dessus explique des détails techniques et logiques qui l’explique.

La revisite du gilet alsacien par Geht’s in ( https://gehts-in.com/gilet-alsacien-revisite-by-gehts-in/costumes-alsaciens/)

Gilet alsacien revisité by Geht's In CP Faon Photography

Gilet alsacien revisité by Geht’s In CP Faon Photography

La forme du gilet est très particulière et il ne nous a pas été possible de la changer beaucoup. En effet il existe des gilets rouges dans d’autres régions de France et d’Europe. Ce sont des petits détails qui les différencient. Changer ou ôter l’un ou l’autre de ces détails en enlève la référence d’origine. Nous avons donc décidé de garder sa coupe d’origine, en le rallongeant néanmoins. Le gilet alsacien se portait assez court car souvent sur un pantalon à pont qui lui montait assez haut…. Mettre un gilet court sur un pantalon taille basse n’est pas du meilleurs effet.

Il se porte près du corps, le dos est ajusté par des pinces incluses dans les découpes.

Pour le tissu, nous avons opté pour le même que celui employé pour l’ElsassRock. Il est solide, se lave à l’eau, demande peu de repassage. Il tient bien dans le temps, tant au niveau couleur que résistance. Nous avons fait faire une imitation moulée du bouton afin de réduire le prix de vente car il y a tout de même 30 boutons par gilet.

Pourquoi portez un costume traditionnel :

Survie de l’artisanat,survie des vrais matières, survie de notre lien de coeur ….

Audrey Kessouri, Miss ronde univers 2018, Elsassrock by Geht's in

Audrey Kessouri, Miss ronde univers 2018

  • Elle nous rappelle une part d’Alsace, celle qui nous rattache à nos racines si l’on y est né, mais aussi celle qui nous rattache à notre lien de cœur pour celles qui se sont laissées séduire par ce terroir qui chante entre le Rhin et les Vosges
  • L’ElsassRock siet à toutes les tailles
  • Elle est facile d’entretien, un p’tit tour dans la machine à 30, on la met sur un cintre pour sécher, et hop, on peut la ré-enfiler (on peut la repasser un peu aussi, mais beaucoup de celles qui la porte ne le font pas, à commencer par Ségo et aurélie à l’Atelier)
  • Une robe, plusieurs tenues : tour à tour sérieuse ou mutine, elle se prête à vos fantaisies et à toutes sortes d’accesoirisation…
  • Mélanie, ElsassRock Geht's inMélanie, L’ElsassRock violette pour un look bien à elle. CP Faon Photography
  • Du coup, c’est la robe idéale pour mettre dans sa valise et emporter un petit bout d’Alsace pendant ses vacances
  • C’est un produit artisanal, local, qui permet de faire perdurer un savoir-faire et de le transmettre
  • Fabriquée pour durer, indémodable, elle peut vous accompagner très longtemps et ça, c’est bon pour la planète…
  • On a prévu des valeurs de couture pour l’agrandir, mais mettre régulièrement votre ElsassRock, c’est ne pas avoir la mauvaise surprise de ne pas rentrer dans son maillot de bain en été (eh oui, elle sert aussi à ça !!!)

Les conseils et le savoir-faire de ses créatrices se fait dans une langue moderne et directe , très proche de son public qu’elles interpellent, ce qui est significatif , nous ne sommes pas dans un musée, nous sommes dans une adaptation permanente où l’individualisme à le droit de citer : Mélanie en violet se diférencie et reste elle même.

Je cite  » Elle existe aussi en plusieurs longueurs, même si celle que nous vendrons le plus est la courte (55 cm de longueur jupe).Vous pouvez opter pour un ruban de velours large, un plus fin voir deux. Pourquoi pas trois puisque notre métier d’artisanes offrent cette possibilité de touche personnelle… Et si vous le souhaitez, vous pouvez même venir avec un ruban fleuri alsacien (à condition qu’il passe en machine à laver, sinon vous serez obligée de passer votre robe au pressing)… »

Alsace et Bavière. Par la magie du verbe, une jeune fille ou un costume devient un pays tout entier.

Enfin, tradition ne veut pas dire replie sur soi et au contraire , leur blog va expliquer les transformations d’un autre costume qui s’est modernisée : le costume bavorois. La robe se nomme le Dirndl.

« Contrairement à l’idée que l’on peut se faire, le Dirndl n’est pas l’évolution moderne du costume traditionnel paysan bavarois. Depuis longtemps, déjà, dans les années 1870-1880, c’est un phénomène de mode urbain… Les grandes bourgeoises munichoises font confectionner par leur couturières, un vêtement plus léger que leurs lourdes robes à la mode.  Celui-ci s’inspire des tenues des servantes pour leurs villégiatures estivales à la montagne. Détaché des codes qui régissent les costumes traditionnels il peut déjà se permettre tous les changements inspirés par les modes successives… »

Ainsi, ce qui à survécue est déjà ce qui s’est adaptée depuis plus de 120 ans, la tradition n’est pas figée, les costumes traditionnels évoluent eux aussi.

L’article est un peu long mais comment ne pas citer ici ces remarques de femmes, si sensibles et si sensées

Des créations effectuées avec l’atelier haut-rhinois du Côté de chez Souen  qui apporte, ainsi, la touche ultra contemporaine voulue par cette nouvelle génération qui souhaite porter jupes et chemisiers comme de simples vêtements pour montrer leur attachement à la région sans avoir l’air déguisé.

De cœur ou d’origine, qu’on y vive ou qu’on l’ai quittée, il y a, en nous, une part d’Alsace – Rita Tatai, costumière

L’engouement est tel que Rita Tatai a crée une marque Geht’s In pour commercialiser des tenues totalement revues et corrigées pour celles et ceux qui souhaitent porter robes et gilets au quotidien. « C’est léger et facile à porter » nous dit Marie-Ange Tuernal, responsable d’une épicerie vrac à Rosheim qui porte son ElsassRock tous les jours tout comme sa soeur et sa belle-soeur.

Quand je demande à mes étudiants qu’elle représentation ils se font de l’Alsace, ils me disent : c’est ringard, c’est la coiffe et les maisons à Colombage – Carole Werner, doctorante contractuelle à l’Université de Strasbourg

« On peut être Alsacienne, Française et Européenne et avoir du goût pour la mode » nous dit Carole Werner qui a littéralement craqué pour une jupe en kelsch et un top en dentelle. Du coup, elle s’amuse en associant la jupe ou le haut à différents vêtements et montrer ainsi que l’Alsace ne se résume pas au folklore.

 » Quand je demande à mes étudiants qu’elle représentation ils se font de l’Alsace, ils me disent : c’est ringard, c’est la coiffe et les maisons à Colombage – Carole Werner, doctorante contractuelle à l’Université de Strasbourg »

Des créations effectuées avec l’atelier haut-rhinois du Côté de chez Souen  qui apporte, ainsi, la touche ultra contemporaine voulue par cette nouvelle génération qui souhaite porter jupes et chemisiers comme de simples vêtements pour montrer leur attachement à la région sans avoir l’air déguisé. Ne pas avoir l’air déguisé ! Le mot est juste et ce n’est un hasard s’il vient justement d’un atelier de très haut niveau de création de costume et habitué au podium.

https://www.souen.fr/cr%C3%A9ateurs-de-mode-du-cote-de-chez-souen/cr%C3%A9ateurs-de-mode-costumiers

« De cœur ou d’origine, qu’on y vive ou qu’on l’ai quittée, il y a, en nous, une part d’Alsace – Rita Tatai, costumière »

L’engouement est tel que Rita Tatai a crée avec d’autres une marque Geht’s In pour commercialiser des tenues totalement revues et corrigées pour celles et ceux qui souhaitent porter robes et gilets au quotidien. « C’est léger et facile à porter » nous dit Marie-Ange Tuernal, responsable d’une épicerie vrac à Rosheim qui porte son ElsassRock tous les jours tout comme sa soeur et sa belle-soeur.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :