Les Blang, également écrit Bulang ou Bulong, sont un peu plus de 90 000 et vivent dans le Yunnan. Il y a aussi des Bulong en tant que minorité ethnique en Birmanie et en Thaïlande.

Cette photo d’une jeune représentante Bulang est particulièrement importante pour nous.

De nos jours, toute une nouvelle génération possède un portable tel qu’on le voit sur la photo. Cette génération voyage plus, même à la capitale, aux USA et en Europe et s’ouvre au monde comme elle peut. Ici, prise aux marches du plus important bâtiment chinois, on est loin des images folkloriques des belles montagnes et pourtant bien d’autres analyses , moins idylliques peut-être pourraient être faites.

Notre site va essayer d’obtenir des objets de ces personnes : nous nous en remettons au hasard des rencontres : nous pouvons très bien être en contact avec une vielle grand-mère qui tricotte dans son coin, ou avec un atelier sans âme qui produit des chefs d’oeuvre ou pas, ou un jeune styliste qui ré-invente le vêtement traditionnel.

Pour le plaisir, nous retranscrivons la traduction du site : 56China.com.

« Cheveux courts aiguisés, grands yeux noirs, une dent blanche nette avec un sourire, sincère et contagieux-Yulong, un représentant du Congrès national du peuple bulong, et professeur de musique et d’art à l’école primaire. Peut-être à cause de cette profession, elle a l’air beaucoup plus jeune que son âge réel.

  «Quand j’enseigne la chanson« Chaque fois que je passe devant la fenêtre de l’enseignant », les enfants pleurent souvent. Peut-être que c’est leur innocence qui me fait avancer, aime être avec eux, aime leur chanter. En parlant de ses élèves, les yeux de Yulong étaient extrêmement doux. En 2001, Yulong est monté sur la dernière marche du podium après avoir obtenu son diplôme en audio et en art. Dix-sept ans plus tard, son amour de l’éducation se poursuit sans relâche.

  Les Bulang ont une population totale d’environ 120 000 habitants et vivent principalement dans la montagne Bulang dans le comté de Ouhai, préfecture autonome de Xishuangbanna Dai, province du Yunnan. L’école primaire Manshan où Yulong enseigne est située dans la ville de Daluo, dans le comté de Ouhai. Elle compte plus de 330 élèves de divers groupes ethniques, dont Bulong, Dai, Hani, dont 60 élèves d’âge préscolaire.

  Au cours des deux dernières années, l’infrastructure de l’école primaire de Manshan s’est considérablement améliorée: une piste en plastique, un terrain de basket, une cantine et une salle de classe de musique simple ont été construits. « Les enfants aiment courir en classe de musique. J’ai le temps de jouer de l’accordéon pour eux. » Les élèves de la classe de Yulong étaient principalement des Bulongs. Elle a enseigné aux enfants à chanter des chansons bulong et à danser des danses bulong. « La Journée des enfants de cette année va leur montrer sur la scène de l’école pour voir à quel point c’est efficace! », A déclaré fièrement Yulong.

  Yulong est responsable de l’enseignement de la musique et des cours d’art de la première à la sixième année chaque semaine, et la pression n’est pas faible. « Certains enseignants sont diplômés en musique, sports et arts, mais sont allés à l’école pour enseigner des cours extra-linguistiques. » Yulong estime que pour que les élèves parviennent à un développement complet, les enseignants de toutes les matières doivent être entièrement formés. Lors de cette réunion, elle a suggéré que les parties concernées introduisent des politiques de soutien spéciales pour les régions ethniques frontalières et dotent les écoles primaires et secondaires d’un nombre correspondant d’enseignants de musique, de sport et d’art.

  Yulong s’inquiète non seulement de la pénurie d’enseignants dans les écoles locales, mais aussi de l’insuffisance de l’enseignement préscolaire. Le rapport de travail du gouvernement de cette année a soulevé ses « multiples canaux pour augmenter l’offre de ressources d’éducation préscolaire » et elle était très excitée. La suggestion qu’elle a faite de «renforcer le soutien à l’éducation préscolaire dans les zones frontalières minoritaires» est conforme à cette décision nationale. Yulong a écrit dans la proposition: « Il est recommandé que l’État accorde des subventions de financement spéciales dans les régions ethniques frontalières afin de résoudre le problème de l’insuffisance des établissements d’enseignement préscolaire. Cultiver et introduire davantage d’enseignants préscolaires pour permettre aux enfants des régions frontalières minoritaires de bénéficier de ressources éducatives de qualités.

  Lors de la réunion de Yulong à Pékin, certaines personnes ont offert un piano et un juke-box à l’école primaire de Manshan. Yulong a souri joyeusement quand il a entendu la nouvelle: « Génial! J’ai envie d’y aller tout de suite pour y apprendre le piano tout de suite ! ». »

Les sites d’informations chinois donnent à profusion un grand nombre d’histoires édifiantes où tout va bien et ira encore mieux demain tel nos magazines éditées par les collectivités territoriales en France.

Un documentaire qui traite de leur relation avec le thé : Chine : dans le Yunnan, vivent les Bulangs, le « peuple du thé ».